Continuité territoriale : un mot qui cache bien des choses à la Réunion... - La Révolution en Charentaises

Accueil du site > L’écrit du peuple > Continuité territoriale : un mot qui cache bien des (...)

Continuité territoriale : un mot qui cache bien des choses à la Réunion...

lundi 2 octobre 2006, par Anatole Ibsen / 12755 visites

L’île de la Réunion, petit territoire, souvent vu comme paradisiaque, est un des neuf Dom-Tom Français. A ce titre, il devrait bénéficier du principe de la continuité territoriale. Mais force est de constater qu’on est bien loin du compte...

La continuité territoriale est un principe de service public destiné à assurer une compensation des handicaps des territoires éloignés ou enclavés comme ceux de l’outre-mer.

Si la Corse a bénéficié d’une subvention de 174 millions d’euros en 2005 pour financer ce principe de continuité territoriale, l’Etat, dans le cadre de la dotation de continuité territoriale (article 60 de la loi 2003-660 du 21/7/2003) a attribué à la Région de la Réunion environ 24 millions d’euros. Seulement, à l’heure actuelle, moins d’un million d’euros aurait été dépensé. A l’heure d’aujourd’hui, le Conseil régional a seulement mis en place un dispositif d’aide pour les transports aériens (mais les critères sont tellement sélectifs qu’il est bien difficile d’en bénéficier (plus de détails ici) Autrement dit, cette aide est loin de concerner le plus grand nombre. Mais là où le bas blesse, c’est que le président de la région, Paul Vergès, frère jumeau du célèbre avocat aurait, selon l’association Coll’Air, pas mal d’intérêts (voir ici), dans le groupe Air Austral, un des trois transporteurs de la Réunion (avec Air France et Corsair). Et, plutôt que de subventionner tous les billets à différente hauteur en fonction de la situation sociale du voyageur, il préfère subventionner à moitié quelques voyageurs particulièrement dans le besoin. Ce système est donc évidemment plus rentable pour la compagnie (et donc pour ses dirigeants...).

Mais là où le bas blesse vraiment, c’est que Polo semble être un habitué de la méthode. Ainsi semble-t-il freiner des deux pieds depuis pas mal de temps pour mettre en place l’observatoire des prix à la Réunion. Il faut savoir que toutes les régions françaises bénéficient d’un tel observatoire... sauf notre île... Bizarre, bizarre. On comprend mieux le pourquoi quand on sait que la quasi-totalité des commerces appartiennent à une minorité de familles. La famille Dindar, par exemple, est ici surnommée le Dallas Peï... Ca vous donne une petite idée de l’ambiance. Et le Polo est très ami avec ces quelques familles. J’ai eu l’occasion de discuter avec quelques réunionnais sur les possibilités d’entreprendre ici. Tous m’ont dit que pour ce faire, il fallait mieux être très proche de ces quelques privilégiés.

La conséquence de tout ça, c’est que la Réunion, pourtant française, paye le prix fort pour avoir les mêmes services que sa sœur métropolitaine. En moyenne, le prix de certains produits de base est le double, voire le triple de ceux de métropole. Et le coût du transport n’explique pas tout, loin de là. Et nous ne parlons même pas des autres services. Ainsi, un abonnement internet d’un méga revient à 50 euros par mois (contre 20 à 25 euros en moyenne en métropole). Il faut dire toutefois que des entreprises comme Neuf Télécom ne viennent même pas ici, sans doute parce que, infrastructures obligent, il n’y a pas de pognon à se faire... Idem pour la redevance TV, à laquelle les réunionnais sont soumis. Malheureusement, si vous voulez France 2, France 3 ou France 5, il faut prendre le satellite. A la place, vous aurez quand même une pseudo-télé publique, Tempo-RFO, qui diffuse bien peu de programmes intéressants...

Les exemples pourraient se multiplier. Car les entreprises de fret semblent être, elles aussi, dans les mains de politiques puissants, qui ont bien du mal à redistribuer les aides publiques pour que les réunionnais en profitent, et qui préfèrent grandement se faire de la thune dessus. On en arrive ainsi à des situations ubuesques, où il est plus rentable de faire venir certaines marchandises par la poste que par le fret (qui a pourtant des tarifs moindres grâce aux très gros volumes transportés) Et il n’y a pas que les politiques réunionnais qui semblent profiter de tout ça. Il y a quelques mois, Coll’air a révélé que, sur le principe de la continuité territoriale, Air Austral facture à la Collectivité Départementale de Mayotte 1791 Euros un billet économique (alors que celui-ci coûterait 200 euros tout au plus au transporteur...). Le 4 août dernier, Air Austral a attaqué Coll’Air en justice pour diffamation... On croit rêver...

On pourrait croire que, devant cet état de fait, les réunionnais se révoltent contre ces manoeuvres. Il n’en est rien. Quelques associations, comme Coll’Air essayent de se faire entendre, sans beaucoup de succès (allez voir son site, vous en apprendrez beaucoup...).

Pour ce qui est du sentiment des réunionnais d’appartenance à la France, il n’est pas non plus atteint, car une majorité d’entre eux tiennent en haute estime les aides telles que le RMI. Il y a en effet ici 40% de chômeurs, mais ce chiffre ne veut rien dire si l’on ne précise pas dans le même temps que le travail au noir est répandu comme nulle part ailleurs en France (ce qui, soit dit en passant, est un scandale).

Bref, peu ou prou, la situation arrange (presque) tout le monde. Il n’y a guère que quelques consciences éveillées pour s’émouvoir du gâchis fait de l’argent public (et des bénéfices que se font certaines entreprises privées avec ce même argent public). Mais pour l’instant, le cri de ces consciences se perd dans l’océan indien... Et ce n’est pas le possible Sarkozy-président qui pourrait arranger cela en 2007 : s’il avait dans un premier temps défendu le principe nécessaire de la continuité territoriale, il a d’ores et déjà annoncé, le 10 juin dernier, qu’il ne croyait pas aux vertus du prix plafonné des billets d’avion, cela signifiant « revenir à une philosophie d’économie dirigée ». Ah oui, parce qu’on allait presque l’oublier : Sarko est aussi néo-libéral...

Voir en ligne : Site de Coll’Air, pour une véritable continuité territoriale à la Réunion.


Partager

1 Message