Sardou - Sarkozy : même combat ? - La Révolution en Charentaises

Accueil du site > L’écrit du peuple > Sardou - Sarkozy : même combat ?

Sardou - Sarkozy : même combat ?

vendredi 27 avril 2007, par Anatole Ibsen / 25498 visites

Le 13 novembre dernier sortait Hors Format, nouvel album de Michel Sardou. Rien de nouveau, c’est du Sardou pur jus et les fans aimeront sans doute. Zoom sur une chanson, Allons danser, qui est l’archétype de la chanson réactionnaire. Décryptage.

Ces derniers temps, la maison de disques de Michel Sardou, Universal, met en avant le deuxième single. C’est une raison suffisante pour s’y intéresser. Ecrit par le chanteur, composé par Jacques Veneruso [1], Allons danser (c’est son titre), est un bon exemple de chanson putassière. Pour vous en faire une idée, et avant d’en faire la démonstration, regardez d’abord le clip :

Un passé sulfureux

Les premières paroles évoquent l’égalité et la fraternité, ce qui est déjà surprenant (et suspect) pour quelqu’un aussi à droite que Michel Sardou (qui au demeurant ne s’en cache pas). En effet, pour les plus jeunes, rappelons que notre cher Michel s’est illustré à de multiples reprises : d’abord en 1976 avec Le Temps des colonies, qui lui vaut alors d’être accusé d’un colonialisme primaire, d’être banni de toutes les antennes et de faire naître ce joli mot sous la plume d’un journaliste de Libération en mars 1976 : « « Le fascisme n’est pas passé et Sardou va pouvoir continuer à sortir ses sinistres merdes à l’antenne ». Son palmarès ne s’arrête pas là avec, tout à tour, des chansons où quelques phrases ont été vues comme homophobes (dans Le Rire du Sergent et J’accuse), populistes (dans J’habite en France), réactionnaires (dans Les Ricains). L’estocade, en dernier lieu, à la fin des années 70, avec Je suis pour, hymne à la peine de mort et chanson engagée contre les idées abolitionnistes d’une bonne partie de la gauche de l’époque.

Décryptage en chanson

Force est de constater qu’avec l’âge, Sardou n’a pas changé. On en a la brillante illustration dès le deuxième couplet de sa nouvelle chansonnette avec cet appel à la tolérance très vite soumis à condition : « D’où que tu viennes, bienvenue chez moi. / En sachant qu’il faut respecter / Ceux qui sont venus longtemps avant toi. » Tout est évidemment dans le « longtemps ». Ca fleure bon le patriotisme et c’est stylé comme du Le Pen...

Après cette petite mise en jambes, c’est le Sardou libéral qui pointe le bout de son nez : « Dire aux hommes qui se sont échoués / Qu’on peut refaire sa vie plusieurs fois ». Tu viens de te faire licencier et ta femme vient de te foutre à la porte ? T’es à la rue ? Rien n’est perdu. Mais surtout, c’est Papa Michel qui le dit, il faut « Se prendre en charge, et pas charger l’État », le tout « sans un mot ».

Enfin, arrive le couplet anti-profs et anti-fonctionnaires, passage obligé pour les réactionnaires de base : « Dire aux enfants qu’on va changer / L’éducation qu’ils ont, par celle qu’ils n’ont pas. / Ajouter qu’il faut travailler ». C’est bien connu, les profs n’en glandent pas une. Ou bien s’agit-il d’un ordre adressé aux jeunes générations : non à une éducation intellectuellement épanouissante, oui à une éducation tournée vers la productivité et le travail... Le Sardou est une langue tellement riche qu’il permet les interprétations multiples...

Couplet doublé d’un petit mot qui dit que l’argent ne fait pas le bonheur : « Riche et célèbre, c’est comme un chèque en bois ». Evidemment. Doxa populiste, quand tu nous tiens... « Si l’argent ne fait pas le bonheur, rendez-le », clamait Jules Renard qui lui, contrairement à Michel Sardou, était un homme d’esprit.

La chanson pourrait s’arrêter là. Mais Sardou préfère continuer sa diatribe et s’attaquer aux soi-disant privilégiés, et dénoncer, de façon à peine voilée, les acquis de la fonction publique : « Parlons enfin des droits acquis / Alors que tout, tout passe ici bas. / Il faudra bien qu’on en oublie / Sous peine de ne plus jamais avoir de droits ». La vieille logique du nivellement par le bas, au lieu d’en appeler à l’accès de tous aux droits acquis de haute lutte au fil du temps... Ca fleure bon le Sarkozy ou le Devedjian... A quoi s’ajoute l’« ici-bas », petite touche catholique que ne renierait sans doute pas la droite extrême...

Aux bout de ces couplets, quelles sont les solutions préconisées par Sardou ? Indéniablement vouées au succès, il propose... d’aller « danser ». Sans doute sur les chansons de la Star Académie, dont il est évidemment un fidèle. Nous proposerons, quant à nous, d’aller voter. Evidemment, Sardou aurait été incapable de tenir de telles paroles et elles l’auraient surtout condamné à ne pas passer sur TF1 et RTL. Triste sort.

Le clip : même constat

Sardou, qui a indéniablement la volonté de transmettre, en remet une couche dans le clip du single. Retour sur une rhétorique très appuyée.

La scène se passe dans un appartement cossu et des images en noir et blanc défilent derrière le chanteur. Ce sont elles qui semblent illustrer les propos de la chanson. Le spectateur aura ainsi noté que sur les paroles « Egalité, Egalité des chances, Egalité des droits », la première image du clip nous montre, je vous le donne en mille... une charge de CRS ! Mais ça ne s’arrête pas là. On peut voir, parmi les grandes figures de « fraternité », Vladimir Poutine. D’autre part, quand Sardou évoque la « vérité » du « pays que l’on mérite », quelle image illustre le propos ? Eh bien rien moins qu’une voiture qui flambe ! Quand il remet en cause « les droits acquis » c’est une image d’archive des luttes pour une école libre. Tout un programme.

Autant dire que si Sardou traite les poissons rouges du début du clip de vieux schnocks, on pourrait aisément penser qu’il devrait plutôt adresser ce juron à lui-même... Allez, bravo pour ton talent, Michel !

Voir en ligne : Clip d’Allons danser de Michel Sardou

Notes

[1] Directeur musical sur les tournées de Patrick Fiori et Florent Pagny, déjà là, c’est un signe...


Partager

19 Messages de forum

  • Sardou - Sarkozy : même combat ? 27 avril 2007 16:22, par Lesolitaire

    Votre article raconte n’importe quoi !!!! C’est du Goebbles dans le texte, a vomir !!!!

  • Sardou - Sarkozy : même combat ? 28 avril 2007 03:03, par Michel

    Vous critiquez une chanson et c’est votre droit le plus absolu....Vous n’aimez pas Sardou et c’est bien dommage pour vous....Mais soyez au moins honnête dans votre analyse. Lorsque vous citez certaines chansons anciennes de Sardou qui datent des années 60 ou 70, vous souhaiez éclairer les "jeunes générations" mais vous leur mentez en présentant ces chansons pour ce qu’elles ne sont pas.....Je m’explique :

    - Le temps des colonies : chanson à prendre au 2ème degré (au moins) qui se moque des anciens colons qui se la racontent....tout le contraire de ce que vous pensez (ou voulez faire croire !)

    - Le rire du sergent et J’accuse : "la folle du régiment" est un propos qu’on peut apprécier ou pas mais qui est plus humoristique qu’autre chose...."Moitié pédé, moitié hermaphrodite", ce sont des paroles de colère contre des hommes qui jouent les durs mais qui ne le sont pas....propos mal choisis qu’il a d’ailleurs remplacés depuis des années par "J’accuse les hommes d’être des hypocrites" pour ne plus prêter à confusion.....D’ailleurs Sardou a écrit et chanté l’une des plus belles chansons de tolérance sur l’homosexualité en 1990 qui s’intitule "Le privilège" !!

    - J’habite en France : populiste ? mouais....cocardier plutôt et sur le mode humoristique....est-ce si grave ?

    - Les Ricains : réactionnaire ????? Tout simplement une évidence pour rappeler à ceux qui brulaient le drapeau US en 66 que "si les Ricains n’étaient pas là, nous serions tous en Germanie"

    - Je suis pour : LA chanson honnie du répertoire de Sardou....il s’est expliqué des dizaines de fois sur cette chanson depuis 30 ans en disant qu’elle était mal écrite et mal intitulée...C’est une chanson sur la loi du talion....sur la vengeance d’un père et non sur la peine de mort....va-t-on lui reprocher cette chanson toute sa vie ??

    Je rappelle que Sardou, c’est aussi "Vladimir Ilitch" qui rappelle que le communisme, à la base, part d’un idéal humaniste ; c’est "Parce que c’était lui, parce que c’était moi" qui est un plaidoyer contre le racisme, tout comme la sublime "Carcassonne" ; c’est "Le curé" pour dénoncer la rigidité de l’Eglise sur le mariage des curés....

    Ne croyez-vous pas que vous avez des a priori extremes sur un chanteur que vous n’aimez pas sans chercher à être un minimum objectif ?

  • Réponse à Michel 28 avril 2007 06:40, par Anatole Ibsen

    Pour vous répondre, Michel, je n’ai aucun a priori contre Sardou. Pour tout vous avouer, j’ai même longuement écouté ce chanteur dans ma jeunesse, avec même, je le confesse, un certain plaisir (mon bon goût était-il alors bien affirmé ?). Et je connais, moi aussi, les paroles que vous mentionnez. Revenons donc sur ce que vous dites :

    Le temps des colonies  : je ne dis pas que cette chanson est choquante. Je dis qu’elle a été vu comme telle à sa sortie. On n’est pas, me semble-t-il, banni de toutes les antennes radio pour une chanson au deuxième degré. Ou alors, Sardou et Delanoë, parolier de cette chanson, n’ont pas eu assez de talent pour faire un second degré appréhendable et compréhensible par la majorité.

    A propos du Rire du Sergent et de J’accuse , notez tout de même que les mots « folle » et « pédés » ne sont pas les termes les plus affectueux et les plus appropriés pour parler des homosexuels...

    Je vous accorde le côté cocardier de J’habite en France . Par contre, ce que vous dites sur Les Ricains n’est pas suffisant : cette chanson, écrite en pleine guerre du Vietnam, cautionnait implicitement l’intervention américaine dans ce pays. Qui oserait aujourd’hui cautionner aujourd’hui en France (beaucoup d’observateur comparant l’enlisement vietnamien au bourbier irakien) l’intervention de Bush et Irak ? Sarkozy, certainement, Sardou peut-être...

    Enfin, ne soyez pas de mauvaise foi : Je suis pour est bel et bien une chanson en faveur de la peine de mort : « Tu as tué l’enfant d’un amour, je veux ta mort, je suis pour ». Sardou savait parfaitement ce qu’il faisait et écrivait, et le thème était alors particulièrement porteur puisque la France était en plein procès de Patrick Henry, accusé d’avoir assassiné un enfant.

    Il est trop facile de dire que les gens interprètent mal les textes de Sardou. Les textes sont là, Sardou sait écrire et sait ce qu’il dit. Et il sait aussi faire scandale...

    • Objection à la réponse ! 30 août 2011 15:34, par Matt29

      Je prends plutôt bien, moi qui aime Sardou depuis longtemps sans être de droite ni - j’espère - stupide, cette belle ardeur qu’ont les détracteurs de ce chanteur (je dis bien chanteur et non agitateur politico-social, comme il est souvent perçu) à tenter de prouver à la face du monde que : "vraiment, écouter Sardou, c’est mal !". Je prends cet engouement comme le merveilleux signe que Sardou l’Indéfendable a besoin d’être méthodologiquement démoli pour l’être, ce qui signifie au moins qu’il n’est pas stupide ! Autre chose, Sardou a chanté, et écrit parfois, de sublimes chansons comme Musulmanes ou Les yeux de mon père, dont la finesse est en proportion inverse, je trouve, de celle des premiers textes, maladroits, et que lui-même a souvent désavoués. Un coup de gueule n’a pas à être rationnel, et Sardou a évolué depuis cette époque. Ajoutons que le discours sur ses chansons a tendance à être plus politisé que les chansons elles-même ! Merci pour cette discussion, en tous cas !

  • Avec des centaines de concerts joués depuis bientot trente ans à guichet fermé et des millions de disques vendus Michel Sardou reste un des chanteurs préféré des Francais vous rajoutez a cela les 31.5% de Nicolas Sarkozy au premier tour des presidentielles et je vous pose cette terrible question : La France serait-elle à droite ??? Quel dommage pour vous !!! En attendant merci Michel pour toutes tes chansons et ton charisme !!Duduche74

  • Réponse à Duduche74 28 avril 2007 19:53, par Anatole Ibsen

    A mon sens, le meilleur de votre contribution reste quand même votre pseudonyme...

  • Sardou - Sarkozy : même combat ? 2 mai 2007 13:08, par Thib

    Je voudrais juste vous feliciter pour votre grande ouverture d’esprit, notamment votre ouverture à l’art de l’ironie ( au sujet du "temps des colonie") et de la chanson ! Concernant la chanson "je suis pour", Michel Sardou racontait une histoire, l’histoire d’un père a qui un assassin avait tué son fils ! Ne me dites pas que dans cette configuration ( que je ne souhaite evidemment a personne !) vous ne souhaiteriez pas la mort de ce monstre ! Heureusement la société est là pour raisonner les victimes ! Cette chanson a été ecrite pendant le procès de Patrick Henry. Et alors !!! SARDOU, comme beaucoup d’autres artistes s’inspire de l’actualité pour ecrire ses textes ! C’est d’ailleur pour celà qu’il a écrit "allons danser" ! Mais, bon sang, où est la mal de dire qu’il faut travailler, qu’il faut se prendre en charge dans la mesure du possible ! A vous lire, on a l’impression que si Henri Salvador avait sorti sa chanson "le travail c’est la santé" ces derniers temps, il serait traité de fascite !! Oui, dans cette chanson, Sardou expose son opinion : La France est dans une impasse car il y a des problèmes de sociétés qui sont de plus en plus important et que ( presque) personne ne veut voir ! C’est sur, c’est beaucoup plus facile d’"aller danser" que de regarder "la verité qui ne nous plait pas" en face ! Il a le droit d’avoir ses idées et de les exprimer enfin !

    Juste un mot concernant la phrase "moitié pédé, moitié hermaphrodite" de la chanson "j’accuse" ! Sachez que depuis plusieurs années Michel Sardou à remplacé ce couplet par une version moins choquante pour la société actuelle ( qui , il ne faut pas l’oublier a évoluée depuis la création de cette chanson en 1976 !) Je voudrait aussi souligné la trés bonne remarque concernant la trés belle chanson " le privilège" traitant de l’homosexualité ! sardou n’est ni homophobe, ni pour la peine de mort mais oui, c’est sur il est de droite ( ce qu est trés rare dans le milieu de la chanson !)

    • Sardou - Sarkozy : même combat ? 29 juin 2008 13:41, par Pidji

      Apparemment, chacun écoute les choses à sa façon : Henri Salvador n’aurait pas été traité de fasciste avec "le travail c’est la santé", puisque la phrase suivante est : "ne rien faire c’est la conserver". Cocasse, non ?

      Concernant "Je suis pour", le principe même d’identification aux personnages d’une oeuvre de fiction fait qu’on épouse le point de vue de l’auteur, qui est "pour". Dans ce cas donc, la société qui raisonne les victime est perçue comme une entrave. C’est ce qui donne in fine des opinions aussi absurdes que "je suis contre la peine de mort sauf..." (pour les violeurs d’enfants, les dealers, les communistes, chacun remplit selon ce qui lui semble suffisamment grave). C’est une chanson sur la loi du talion ? Mais qu’est-ce que la peine de mort sinon une loi du talion institutionnelle ?

      Concernant le travail, vouloir donner du travail à ceux qui n’en ont pas est une chose ; stigmatiser ceux qui n’en ont pas en suggérant qu’ils ne veulent pas bosser en est une autre. Ce qui est gerbant en France en ce moment, c’est ce qui se dissimule derrière cette chasse aux fainéants : c’est une chasse aux heureux ! "Tu n’en ch... pas à mort avec ton boulot ? C’est sûrement que tu es un privilégié. C’est louche, tu dois voler quelque chose à quelqu’un qui le mérite plus..."

      La personne qui conclut (apparemment à sa grande joie) que la France est un pays de droite est sûrement dans le vrai ; la question est plutôt de savoir quoi faire d’un pays aussi sclérosé par ses frustrations et ses haines recuites... Le quitter peut-être ? Ce sera le résultat ultime : quand les français, non concernés par la politique fascisante d’Hortefeux, partiront d’eux-même, et à leurs frais.

  • Sardou - Sarkozy : même combat ? 10 mai 2007 00:37, par Gregou

    quel baiseur ce sardou

  • Sardou - Sarkozy : même combat ? 25 juin 2007 08:59, par Bobo

    Votre article et, d’une manière générale, ce site révèle une chose : vous débordez de HAINE pour tous ceux qui ne pensent pas la même chose que vous, pour tous ceux qui ne partagent pas votre prêt-à-penser, vos idées politiquement correctes.

  • Réponse à Bobo 25 juin 2007 10:47, par Anatole Ibsen

    C’est curieux, je trouve justement le ton de mon article (et du site en général) beaucoup moins haineux que le texte de la chanson de Sardou...

  • Sardou - Sarkozy : même combat ? 25 juin 2007 13:22, par Jérôme

    Mon pauvre Anatole : tu pètes complètement les plombs !

    La liberté d’expression ne vaut-elle que pour la REC (et surtout votre liberté de diffamation !) et ceux qui niquent la France, par exemple ?

    Au lieu de perdre ton tps à faire dire des choses à Sardou qu’il ne dit pas (au demeurant qu’y a-t-il de choquant à "respecter ceux qui sont venus lgtps avant toi ?), intéresse toi à ce qui est vraiment scandaleux dans certaines chansons de certains "artistes" ? Jérôme

  • Malgré les ravalement de façade successifs, le visage est toujours bouffis de malêtre.

    Sardou c’est le malêtre, plein de pognon, manque de rien, ben on çà lui suffit pas, il veut voir son rêve de la société marchant au pas, sous la bannière d’un enième fascisme.

    Ce qui me fait rire, c’est que à une époque on a voulu le faire passer pour le playboy ( dans promotion canapé), à la manière de thierry l’hermitte, les pontes de la TF1itude, adorent nous faire passer le faux cliché du droitards qui paye trop d’impot, poilu au torse, serial baiseur, bouffeur aux tables provençales et j’en passe...

  • Sardou - Sarkozy : même combat ? 28 septembre 2007 01:19, par tontonk100d

    Comme dit Sardou, on a le pays qu’on mérite, et on a aussi les chanteurs qu’on mérite : professionnel certes, mais froid, laid, haineux, et de plus radoteur ! Son discours fielleux et antisocial tout en sous-entendus écoeurants, on l’entendait déjà en 1976 et il est aussi crétin qu’à l’époque...

    Tout comme Sarkozy, il a bien écouté les habitués des cafés du commerce. Son discours ne peut que plaire aux piliers de comptoirs puisqu’il leur est emprunté.

  • Sardou - Sarkozy : même combat ? 23 octobre 2007 12:31, par Salut75

    C’est vrai que c’est du grand n’importe quoi cette article. Si j’applique les même principe ca donne :
    ’D’où que tu viennes, bienvenue chez moi’ se traduit par bienvenue en France mais tu ne seras jamais français et tu ne seras jamais qu’un invité chez moi.
    Donc à des phrases retirées du contexte, on peut faire dire tout et n’importe quoi, de ce coté le travail est bien réussi. C’est du grand n’importe quoi cette analyse de textes.

  • Sardou - Sarkozy : même combat ? 12 janvier 2008 18:48, par Herbert le Khan noir

    Sardou est une véritable caricature... J’avais d’abord vu la parodie de Groland sur la sortie du nouvel album de "Michel Sardouille". J’ai beaucoup ri en retrouvant l’original... Si vous ne connaissais pas la version de Groland je l’ai mise en ligne dans un article sur "Michel Sardou, nouveau Molière de l’ère Sarkozy." Article humoristique sur Michel Sardouille

    Voir en ligne : Blog de la mélancolie et de l’absurde

  • Sardou - Sarkozy : même combat ? 14 février 2009 02:11, par Jibou

    Sardou c’est un surfeur.

    Revenu en France cet hiver, j’ai ete etonne que le mec suscitait encore des polemiques apres 40 ans de carriere.

    A ses debuts, il s’est fait virer de sa premiere maison de disque par manque de succes. Alors qu’ il peinait encore a percer chez Barclay, il obtient finalement son premier succes avec "les ricains" en 1973. Chanson tres provocatrice dans le contexte de l’epoque. Des lors il en a bien sur fait sa marque de fabrique, son creneau.

    Des lors on remarque que Sardou habillera toujours ses melodies fortes par des textes federateurs (Maladie d’amour, An Mil, Conemara) et enveloppera ses melodies banales (nombreuses) par des textes laissant place a l’interpretation generalement sur des sujets epineux. Un des themes recurrents (moins que la famille mais quand meme) c’est la peur du declin. Pour survivre 40 ans il lui a fallu surfer pas mal.

    Quand on lui demande "qui est Michel Sardou ?" le vieux chanteur cite dans un eclat de rire Guy Bedos qui dit de lui "Sardou ? Il chante juste mais il pense faux".

    Bien sur "Ils ont le petrole mais c’est tout" est ironique, bien sur Sardou n’est pas pour la peine de mort, bien sur il est liberal, et a une certaine idee de la famille . Mais c’est avant tout un chanteur qui a eu une demarche d’acteur . Il a quand meme ete eleve par des parents comediens et a premierement tente de percer en tant que tel ( les parents etant au passage le theme le plus recurrent de sa discographie).

    Pour moi, il ne faut pas mettre trop d’etiquette aux artistes, et certainement pas abuser de celle qui dit "facho". Ce mot a honnetement perdu toute valeur a mes yeux depuis que je l’entends prononce pour un oui ou pour un non. Sardou reste un chanteur qui a eu un timbre de voix fabuleux, une propension a sortir des notes assez hautes (assez rare en variete), a ecrire des textes qui font reflechir et meme reagir les gens, il a tire sur une certaine hypocrisie moraliste de gauche que ce soit sous Mitterrand ou sous Chirac, il a egalement tire sur la nature de l’homme, l’idee traditionelle de religion et l’armee (qui pour moi sont de droite ).

    A titre personnel, je dirai que Sardou est un anarcho-darwiniste-liberal de droite, chanteur fatigue depuis longtemps de son metier, et heureux de faire aujourd’hui ce qu’il a finalement toujours fait : L’Acteur !

  • Ouh la la, le patriotisme c’est pas bien ! C’est raciste et fasciste ! Qu’est-ce qu’on devrait voir honte d’être Français !...

    Blaireaux de gauchos donneurs de leçons !

    • Sardou - Sarkozy : même combat ? 28 décembre 2009 04:28

      TOUS CES GAUCHISTES ME DONNENT ENVIE DE VOMIR !!!!! SARDOU EST UN DES PLUS GRANDS chanteurs français de tous les temps 100 millions de disques vendus en france vous ne comprenez rien a ses chansons ; il faudrait vous les décrypter mais vous etes trop cons