Confessions d’un SARsKisOphrène - La Révolution en Charentaises

Accueil du site > L’écrit du peuple > Confessions d’un SARsKisOphrène

Confessions d’un SARsKisOphrène

jeudi 27 décembre 2007, par Onno Maxada / 13211 visites

Il faut parfois savoir reconnaître ses erreurs et battre le pavé sa coulpe. Je me suis trompé. Lourdement. Et sur un sujet qui, s’il manque un peu de hauteur (environ 1,65 m), n’en est pas moins impotent important puisqu’il s’agit de notre trop très cher Président.

Si j’ai pu laisser entendre, dans de nombreux articles, que Nicolas était un crétin mégalomane et dangereux au service du grand capital, je persiste et signe le reconnais aujourd’hui humblement, je me suis trompé. D’ailleurs, je ne suis pas le seul : tout ce que le Parti Socialiste compte d’ambitieux sans scrupules de talents fait la même chose. Sauf que moi, je ne trahis pas par intérêt financier ou par carriérisme je n’ai jamais été socialiste. Si j’ai changé d’avis à propos de Nicolas, c’est parce que j’ai compris qu’il était un fumiste authentique écologiste de droite.

Ma conversion n’a rien à voir avec la tragi-comédie le « Grenelle de l’environnement » ou la création du super ministère de Borloo. J’ai eu une sorte de révélation en pleine rue en passant devant l’appartement duquel s’est mortellement jetée Chunlan Liu, sans-papiers chinoise, pour échapper à la police.

Quel rapport avec l’environnement ? A première vue aucun, mais en creusant bien... L’exceptionnelle intelligence de Nicolas l’amène à intégrer la problématique écologique dans l’ensemble de sa politique, y compris dans celle de la chasse aux voix frontistes l’immigration. Je dirais même que c’est en analysant sa politique dans les secteurs qui sont les plus éloignés de l’environnement qu’on voit si notre bien aimé Président est un vrai défenseur de la nature. Et dans le cas des sans-papiers, on ne peut qu’être conquis. Qu’on en juge ! En refusant de régulariser les clandestins, Nicolas fait non seulement d’appréciables économies de papier, mais il optimise le remplissage des avions à destination des pays du Tiers-monde, ce qui diminue l’émission de CO² par passager ! Vicieux Prévoyant, Nicolas a aussi permis de substantielles économies d’énergie en demandant aux sans-papiers de transmettre leurs coordonnées aux autorités, ce qui facilite considérablement le travail de la police et diminue sa consommation de carburant (en plus de libérer des places dans les écoles pour les petits Français). Enfin, on peut aussi dénoncer saluer l’utilisation de la matraque et du baillon techniques et outils traditionnels et non-polluants pour l’expulsion des étrangers qui feront encore les joies de générations d’agents de police. C’est important de ne pas perdre des savoirs-faire ancestraux.

Marche silencieuse ChunLan

La mort de Chunlan Liu et les autres défenestrations de sans-papiers Les dommages collatéraux dont la presse s’est faite l’écho sont inacceptables regrettables. En tant qu’homme de gauche, je les condamne que démocrate, je peux néanmoins comprendre que chasser les immigrés clandestins, c’est le minimum qu’on puisse attendre d’un « Président de tous les Français » élu avec les voix du Front National.

Maintenant que je suis Sarkozyste, je me sens schizophrène bien dans ma peau. Aidez moi ! Vous aussi vous devriez essayer. Vive la France ! Vive Nicolas ! Vive la France sarkozyste ! C’est moi qui ai écrit ça ? Enfermez moi, vite !!!


Partager

1 Message

  • Confessions d’un SARsKisOphrène 12 janvier 2008 19:29, par Herbert le Khan noir

    Et puis quand on renvoie un immigré chez lui, il faut savoir qu’il consomme moins de ressources et d’énergie. Un Français consomme en moyenne 200 L d’eau par jour (tout compris) contre 30 L pour un Malien. Et je ne parle même pas du pétrole, de l’électricité, des déchets etc... On y pense pas à ça !!!

    Faîtes un geste pour l’environnement : expulsez un sans papier.