Wolfgang Master et les papiers gras - La Révolution en Charentaises

Accueil du site > Le coin des avant-gardes > Wolfgang Master > Wolfgang Master et les papiers gras

Wolfgang Master et les papiers gras

jeudi 7 juillet 2005, par Anatole Ibsen / 12329 visites

Où Wolfgang Master joue les gros dégueulasses...

Wolfgang Master déteste les papiers gras. C’est comme ça. Certains détestent la race canine, d’autres ont une répulsion pour le rouge, d’aucuns conchient les militaires ou les chasseurs. Wolfgang, lui, déteste les papiers gras. Quand il en voit un sur un trottoir, gonflé de suffisance et d’humidité, s’accrochant à l’asphalte comme un oursin au rocher, il sent la haine monter en lui. Il a, dans ces moments-là, envie de retrouver le salaud qui a jeter son papier de bonbon (ou pire, son emballage de french-letter) au vu et au pied et tout le monde. C’est comme les chewing-gum ou les crottes de chiens, Wolfgang, quand il voit ça, il boursoufle, il fulmine, il maudit et vitupère. Wolfgang ne supporte pas les papiers gras.Ca vole sans la beauté des feuilles d’automne.

C’est précisément quand il a vu un agressif papier de Carambar, sur le trottoir de sa rue, qu’il a pensé à tout cela. Lui qui, le cœur léger, s’apprêtait à prendre son automobile pour passer un week-end délicieux au soleil d’une ville lointaine.

C’est en rage qu’il a tourné la clé de son véhicule. Et c’est par habitude qu’il a jeté dans le caniveau, comme un gros dégueulasse, le cendrier plein à ras-bord de son automobile...


Partager